Le label Fait maison un nouveau logo pour les restaurateurs

LE LABEL FAIT MAISON

Actuellement examiné à l’Assemblée nationale, un projet de loi sur la consommation pourrait faire apparaître un nouveau logo « le label Fait maison » destiné aux restaurateurs.
Celui-ci aurait pour intention de certifier l’utilisation exclusive de produits bruts dans les restaurants.

Ce nouveau logo permettrait de valoriser les efforts des cuisiniers utilisant pour la préparation de leurs plats uniquement des produits bruts et de leur faciliter l’accès au label déjà existant de « Maître restaurateur ».

Les consommateurs auraient ainsi la garantie d’une certaine qualité dans leur assiette. Pourtant si le concept semble intéressant, il ne fait pas l’unanimité auprès des premiers concernés.

 Comment s’appliquerait le logo « label Fait maison » ?

Le label « Fait maison » permettrait aux restaurateurs de préciser sur leur carte les plats entièrement cuisinés sur place à partir de produits bruts et non transformés.
Dispositif simple à appliquer, il est également facilement repérable et compréhensible par les consommateurs.

Une avancée réelle pour les fervents défenseurs du « bien mangé ». Pourtant dans les faits, cette appellation ne concernerait qu’une partie de la carte.
En effet, la grande majorité des plats étant des produits déjà cuisinés.

Un avantage pour les restaurateurs ?

Si la présence de ce label est à l’avantage du client, il peut en revanche présenter certains désavantages pour les professionnels.

On distinguerait alors les restaurateurs prêts à faire de réels efforts et mijoter pendant de longues heures leurs plats et les autres, attirés par une certaine facilité à utiliser des produits tout prêts.
Les défenseurs de la loi insistent aussi sur la création d’emplois que pourrait susciter la mise en place d’un tel logo.
En effet, le nombre d’embauches pourrait augmenter, face aux besoins en cuisine.

Comment postuler pour recevoir ce label fait maison?

Pour se voir décerner ce logo « Fait maison », les restaurateurs devront en faire la demande auprès du collège de la commission.
Après avoir reçu leur agrément, ils devront afficher clairement l’origine des produits utilisés en cuisine, ainsi que leur mode de préparation.

Le restaurateur doit également recevoir l’aval des quinze chefs de la commission avant d’afficher en vitrine son logo.

Enfin, un retour des clients sera exigé.
Ces derniers seront tenus de répondre par le biais d’internet à un questionnaire évaluant la qualité des plats.
Une attention est également apportée à l’accueil qui leur a été réservé.
Seuls les restaurateurs obtenant plus de 75 % de retours positifs, sur les plats consommés et sur l’accueil, conserveront le label.

Une fois le label obtenu, des contrôles pourront être effectués par la suite, mais ils ne seront pas systématiques.

A lire aussi :Une bonne stratégie commerciale pour son restaurant

Un nouveau logo réellement différent du « label Maître restaurateur »déjà en place ?

Décerné depuis 2007, un label « Maître restaurateur » existe déjà.
Délivré par les préfectures, celui-ci impose aux professionnels de justifier de diplômes de formations professionnelles et de respecter un cahier des charges strictes.
Celui-ci exige une cuisine faite sur place, le recours à des produits majoritairement frais, l’achat de salaisons et de charcuteries auprès d’artisans, ainsi qu’une diversité suffisante sur la carte.

De plus, le restaurateur doit respecter les exigences liées à l’accueil et au service des clients.
Les lieux sont aussi passés à la loupe avant de recevoir ce fameux diplôme. De nombreux professionnels craignent de voir ces deux distinctions se confondre.

Pourtant le label « Fait maison » a pour ambition de simplifier l’accès au « Maître restaurateur ». Soulignons par ailleurs une multitude d’appellations existantes et plus ou moins reconnues par la profession : « Restaurateurs de France », « Label restauration », « Restaurant durable » ainsi que de nombreuses reconnaissances régionales.

Avec un nouveau logo, le consommateur risque de ne plus s’y retrouver !

Alors ce nouveau label fait maison remet il le métier de restaurateur en question ?

Ce projet de loi est loin de faire l’unanimité parmi les représentants de la profession.
Si le logo ne remet pas en cause le métier de restaurateur, il est important de souligner qu’un restaurant de vente à emporter et de cuisine rapide pourra également obtenir le label au même titre qu’un restaurant gastronomique.

Le seul critère étant de n’utiliser que des produits bruts.

Les véritables chefs en cuisine, et partisans de plats préparés dans les règles de l’art, ne font pas le même métier qu’un serveur de fast-food qui se contente d’assembler des produits bruts.

Pourtant pour obtenir ce logo, chaque professionnel devra faire preuve d’une grande volonté, décider d’employer de nouveaux salariés en cuisine pour arriver à satisfaire la demande en salle.

Bien entendu, tout cela a un coût. Il ne faudrait donc pas que ce logo « Fait maison » pénalise les restaurateurs qui seront sans doute amenés à augmenter les prix de leur carte.

Pour aller plus loin…

Comment BOOSTER
Mon Restaurant

Cette année est particulièrement difficile pour le secteur de la restauration, j’ai donc décidé de vous offrir tous mes conseils de restaurateur pour booster votre restaurant dans tous les domaines : la création d’un restaurant, le chiffre d’affaire, la clientèle, les fournisseurs, les salariés, l’image, la communication…

1. J’augmente mes revenus

Comment augmenter ses revenus sans baisser la qualité ? C’est ce que nous verrons avec les méthodes de détermination et de stratégie de prix. Le prix est-il adapté pour votre clientèle ? Comment vos offres midi/soir peuvent booster votre chiffre d’affaires ?

2. Je baisse mes dépenses

Les coûts fixes d’un restaurant deviennent vite élevés, comment alors bien sélectionner ses fournisseurs ? Gérez-vous correctement votre personnel ?

3. Je fais venir plus de clients

C’est le nerf de la guerre, nous verrons comment fabriquer une image de marque, les techniques d’optimisation de sa carte, de l’ambiance, de la salle. Mais plus important encore, comment faire venir des clients avec les outils de communication traditionnels et l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux.

3 commentaires

  1. 15 juillet 2014

    Super article.
    Mais nulle part indiqué ou faire la demande pour obtenir ce label.
    Merci

    Répondre
  2. Sarah
    17 juillet 2014

    Bon article
    mais je ne trouve rien sur le ‘collège de la commission » pouvez vous ^réciser s’il vous plait
    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.