Le label « fait maison » ne sera pas obligatoire dans la restauration

Vous avez certainement suivi de bout en bout la proposition de la ministre de l’Artisanat, du commerce et du tourisme visant à instaurer un label « fait maison » dans le domaine de la restauration.

Le but de cette mesure phare du projet de loi sur la consommation était de renforcer l’information du consommateur quant à l’origine et la nature des produits qu’il ingère, ainsi que l’instauration de la transparence dans le milieu de la restauration et de l’hôtellerie.

Le label devait donc valoriser les plats cuisinés par les restaurateurs sur place à base de produits bruts ou produits n’ayant fait l’objet d’aucun ajout gastrique ou chimique.

En effet, un amendement du projet de loi sur la consommation avait été voté par l’Assemblée Nationale prônant le caractère obligatoire de l’appellation « fait maison » alors que le gouvernement la voulait facultative initialement.

Cette mesure, votée le 27 juin dernier, été bâtie sur l’argument éthique et l’exigence sanitaire dans un pays qui se veut pays de la gastronomie.
Il est par ailleurs important de souligner que cette proposition avait été lancée à l’origine par un collectif de chefs français militant pour un meilleur encadrement de l’emploi du label « fait maison ».

Cependant, cette mesure a été annulée par le Sénat sous l’instigation des partis communistes, UMP et centristes.

En guise d’arguments, il est fait allusion au difficile contrôle de l’ensemble des restaurants français, à l’incidence que cette mesure aura non seulement sur le restaurateur, mais aussi et surtout sur le consommateur.

En plus la mesure serait difficile à appliquer dans la mesure où même certains plats dits « fait maison » peuvent être concoctés en partie avec des produits industriels.En dernier ressort, l’appellation « fait maison » semble bien avoir été impopulaire même dans le milieu de la restauration.

Elle a été jugée fade et presque irréaliste par le syndicat d’hôteliers et de restaurateurs « Synhorcat » qui milite pour une appellation « restaurant », jugée plus appropriée.

 

Pour aller plus loin…

Comment BOOSTER
Mon Restaurant

Cette année est particulièrement difficile pour le secteur de la restauration, j’ai donc décidé de vous offrir tous mes conseils de restaurateur pour booster votre restaurant dans tous les domaines : la création d’un restaurant, le chiffre d’affaire, la clientèle, les fournisseurs, les salariés, l’image, la communication…

1. J’augmente mes revenus

Comment augmenter ses revenus sans baisser la qualité ? C’est ce que nous verrons avec les méthodes de détermination et de stratégie de prix. Le prix est-il adapté pour votre clientèle ? Comment vos offres midi/soir peuvent booster votre chiffre d’affaires ?

2. Je baisse mes dépenses

Les coûts fixes d’un restaurant deviennent vite élevés, comment alors bien sélectionner ses fournisseurs ? Gérez-vous correctement votre personnel ?

3. Je fais venir plus de clients

C’est le nerf de la guerre, nous verrons comment fabriquer une image de marque, les techniques d’optimisation de sa carte, de l’ambiance, de la salle. Mais plus important encore, comment faire venir des clients avec les outils de communication traditionnels et l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.