Ouvrir un Restaurant

10 Conseils avant d’ouvrir votre Restaurant

A travers ces 10 conseils je vous livrerai ma méthode pour ouvrir votre restaurant sur des bases solides , en passant de l’introspection sur soi-même à l’inauguration de votre établissement.
Ouvrir un restaurant n’est pas chose aisée, et bien que cela puisse sembler comme une entreprise à accomplir sans encombre, il en est tout autrement.

En effet, plus de 20% des jeunes entrepreneurs sont forcés de mettre la clef sous la porte lors de leur première année d’exercice, la faute à des prévisions financières négligées ou non existantes ou à une sous-estimation d’une telle réalisation.

Néanmoins il ne faut pas s’effrayer par de telles choses et si vous êtes pourvu de fortes convictions et d’une ambition correcte alors votre projet sera entièrement réalisable et sans aucune déconvenue.

Une méthode unique pour ouvrir son restaurant

A travers cette méthode nous allons détailler les dix principales étapes nécessaires à la création de votre restaurant.
Que cela soit par l’aspect finance, étude de marché, choix des fournisseurs et autres, aucun détail ne sera omis et nous ferons en sorte de mettre toutes les clefs entre vos mains.

N’hésitez pas, au travers de la création de votre établissement, à prendre votre temps et à ne pas négliger les étapes ni leur ordre, chaque étape étant primordiale pour la parfaite réalisation de votre restaurant.

Une fois votre introspection effectuée avec brio, il faudra vous pencher sur le concept qui ferez de votre restaurant ce qu’il est !

Nous verrons qu’il existe principalement trois critères qui influencent grandement la nature de votre établissement.

Quel type de restaurant ?

Tout d’abord, le type de restaurant que vous désirez mettre en place, cela peut être une brasserie-restaurant, un restaurant proposant une restauration rapide, un restaurant gastronomique, un restaurant d’affaire ou encore un restaurant familial.

«Bien entendu, aucun de ces modèles n’est supérieur ou inférieur aux autres, les seuls paramètres qui importent pour chacun de ces établissement vont être son emplacement et l’étude de marché qui lui est liée.
Il apparaît peu logique de vouloir ouvrir un restaurant haut de gamme dans un quartier populaire, ou un restaurant familial en plein quartier d’affaire, agissez donc en conséquence.

Pour ce qui est de la cuisine proposée, il n’y a pas de critère sûr quant à l’emplacement ou au type de restaurant, vous pourrez tout à fait proposer un buffet à volonté de restauration rapide ou un restaurant haut de gamme avec des produits japonais. L’important est que vous connaissiez plutôt bien la cuisine dans laquelle vous voulez officier et qu’il n’en existe pas ou peu près de votre localisation.

Puis pour le thème et l’ambiance que propose votre établissement, cela va généralement aller de paire avec la cuisine et le type de votre restaurant, vous pouvez choisir une ambiance minimaliste ou à “l’ancienne”, un lieu calme ou au contraire avec de la musique.

Le choix du goût incombera particulièrement à vos futurs clients.

Essayez tout de même de regarder ce que propose la concurrence près de votre emplacement pour avoir une idée du modèle en vogue.

En outre, une fois que ces trois principaux critères que sont : le type, la cuisine et le thème, seront choisis il vous faudra réfléchir aux offres qui seront proposées par votre restaurant.

Cela peut aller de la location de salle pour un évènement tel que le mariage ou l’anniversaire, à un service voiturier si vous visez le luxe ou encore un menu du jour poissons et légumes selon la marée et la saison.

N’oubliez pas que l’offre fera de votre restaurant ce qu’il est et constituera pour beaucoup la raison de la venue de vos clients, attachez y de l’importance.

Enfin, l’étape essentielle au sein de votre projet, le choix du nom.

Tout est permis, mais n’oubliez pas que cela converge fortement avec l’architecture économique du restaurant.
Cependant si vous souhaitez vous faire connaître d’un grand nombre de gens, évitez les noms trop courant tels que “restaurant de la gare” ou “Chez Michel”, choisissez un nom unique !

Un bon emplacement avant d’ouvrir son restaurant

Vous avez désormais votre concept dans ses grandes lignes !
Il vous faut maintenant connaître le futur emplacement de votre restaurant. Sa localisation constitue la clef de voûte de votre établissement, étape primordiale donc.

Comme je vous l’ai expliqué dans la partie précédente, l’emplacement va dépendre de votre concept : quartier d’affaire, cossu, touristique ou populaire.
«C’est là le premier paramètre à prendre en compte.»

  • Vous devrez aussi veillez à ce que le restaurant soit situé dans une forte zone de chalandise , essayez donc d’éviter les rues trop sombres, les impasses ou les emplacements trop loin du centre ville.
  • Chalandise : La zone de chalandise d’un établissement est sa zone géographique d’influence, d’où est issu la majorité de ses clients.
  • Votre restaurant doit être aussi “connecté”, c’est à dire qu’il doit être sur un ou plusieurs axes de transports : grande route, métro, bus, trams.

Cela garantira un accès facile à votre établissement et impactera fortement votre zone de chalandise.

Pour ce qui est de votre local, la surface doit être équitable entre votre cuisine, votre salle et vos pièces annexes (vestiaires, toilettes, stockage, administrative), cependant si vous deviez réduire une pièce par rapport aux autres cela serait la cuisine dans des proportions tel que 40/40/20.

Passons maintenant à ce qui peut vous sembler comme étant le plus compliqué, la différence entre un fond de commerce, un pas de porte et un droit au bail.

Lorsque vous voulez reprendre un local vous êtes confrontés à plusieurs possibilités :

  • Le commerçant vient de terminer son activité et ne veut pas renouveler son bail. Vous devrez alors contacter le propriétaire des murs et négocier avec lui un droit au bail qui vous permettra d’exercer votre activité dans ce local.
  • Ce droit au bail sera alors le votre et il vous sera possible de le céder à un autre commerçant désireux de s’installer dans votre local, le propriétaire ne pourra en aucun cas vous le refuser, sauf si l’activité est proscrite dans le bail.
  • C’est le propriétaire qui fixe cette clause. Une fois le nouveau bail en votre possession, vous devrez alors payer un “pas de porte”, c’est une somme d’argent que vous verserez au propriétaire avant l’entrée dans les lieux. Le “pas de porte” agit comme une compensation financière puisque le montant du bail ne peut augmenter durant toute sa durée.
  • Le commerçant décide d’arrêter son activité ou de changer de local, il va alors négocier avec vous le droit au bail qu’il a acquis. Vous reprendrez alors le bail conclu pour la durée restant à courir. Le montant de la vente du droit au bail est pris en compte par la détermination du “bénéfice imposable” du commerçant.
  • Le propriétaire décide de céder le local dans sa partie immobilière et aussi commercial. Vous achèterez alors le fond de commerce c’est à dire que vous serez propriétaire de l’activité et du local.

Vous connaissez donc maintenant les rudiments de l’aspect administratif nécessaire pour exercer une activité dans un local.
Nous devons maintenant nous intéresser aux concurrents directs et indirects et au marché de la restauration à travers une étude de marché.

Faire l’introspection du Restaurateur

C’est grâce à de nombreuses émissions télévisuelles apparues ces cinq dernières années tel que MasterChef, Top Chef, Chef contre attaque, Un dîner presque parfait ou encore Le meilleur pâtissier, que la cuisine est devenue à la mode.

En effet, il est très tendance, actuellement, de quitter son emploi pour enfin vivre son rêve d’ouvrir son propre restaurant.
Cependant, bien que bon nombres de restaurants parviennent à ouvrir chaque mois, il faut garder en tête que beaucoup d’entre eux sont forcés de mettre la clef sous la porte, la faute à un projet construit trop à la hâte.

Pour parer à cette éventualité, il est donc de votre ressort de vous assurer que vous évoluerez dans des conditions personnelles et professionnelles stables.
Commençons tout d’abord par l’aspect personnel. Interrogez vous sur vous même, une évaluation objective est des plus recommandé.

  • Disposez vous de la patience nécessaire pour mener à bien votre établissement
  •  N’êtes-vous pas trop en difficulté face aux situations de grand stress ?
  •  Serez-vous capable de garder les idées claires, gérer vos employés et palier aux divers problèmes que connaît votre restaurant ?

Soyez honnête envers vous-même et n’ayez pas honte de ne pas concrétiser votre projet si vous ne vous sentez pas à la hauteur, ça peut paraître anodin mais cette décision est difficile à prendre.

  • Qu’en est-il de votre santé ?
  • Serez-vous en mesure de répondre à de telles exigences physiques ?
  • Pourriez-vous supporter des charges de travail importantes ?

Bien que cela puisse vous paraître secondaire, votre santé est importante puisqu’elle vous permet de vous investir corps et âme, ou non, dans votre établissement.
Il faut aussi prendre en compte votre situation financière, dans chaque création d’entreprise, il est convenu d’apporter un certain capital financier.

Êtes-vous en mesure d’apporter les fonds suffisants ?

Si vous êtes déjà endetté ou que vous avez un prêt à rembourser, votre contribution sera moindre et alors cela se ressentira sur la qualité de votre projet. Ne négligez pas non plus vos proches et votre entourage, avez-vous leur total soutien quant à votre restaurant ? Commencer une telle aventure en ayant, en plus, les doutes de votre entourage à supporter est on ne peut plus difficile.

Résumé en trois points de votre évaluation personnelle :

  • Personnalité
  • Entourage
  • Finances

Une fois que vous aurez réaliser correctement le bilan concernant votre situation personnelle, il faudra vous atteler à vous intéresser à vos capacités professionnelles.

  • Interrogez vous sur les compétences acquises au sein de votre précédente fonction, est-ce une facilité à diriger une équipe ?
  • A gérer la partie comptabilité de votre entreprise ?

Ce sont autant de détails connus qui vous aiderons.

N’oubliez pas qu’il y a bon de nombres de compétences et qualités professionnelles que vous ne possédez peut être pas, aussi renseignez vous sur les formations qui seraient utiles à faire pour mener à bien votre restaurant, que ce soit pour le volet réglementaire et administratif, la comptabilité, le management, tous ces détails comptent.

Vous pourrez ainsi vous inscrire à une formation dispenser près des chez vous sensibilisant et formant aux dernières normes hygiéniques, de la restauration ou encore, pourquoi n’iriez vous pas essayer de travailler dans un restaurant pendant un court temps afin de voir si cet environnement est réellement fait pour vous.

Enfin dernier point, il est très important de songer aux diverses exigences qu’impose le secteur de la restauration, comme par exemple, enchaîner les longues heures de travail, savoir organiser correctement son restaurant, apprécier le contact avec vos clients et leur fidélisation, gérer la comptabilité ou encore savoir établir de solides partenariats.

Résumé en trois points de votre évaluation professionnelle :

  1. Compétences acquises

  2. Compétences nécessaires

  3. Exigences du secteur

 

Passez à l’action avec nos outils :

dunble5Le pack Ouvrir un Restaurant

Découvrez en exclusivité mon offre limitée destinée aux membres qui vous propose les méthodes les plus populaires de Restaurateur à Restaurateur pour vous accompagner dans l’ouverture de votre restaurant et la rédaction de votre business plan.

A prix doux pour les membres du site, je vous propose ma méthodologie pas à pas que vous pourrez mettre en pratique très simplement et des outils indispensables pour les futurs restaurateurs !

bouton-acces-immediat

 

 

Lire aussi :